• Interview de Kristen Stewart par MTV

    Interview de Kristen Stewart par Larry Carroll (MTV), mois de novembre.

    Traduction par Laeti

     

    Twilight Tuesday : Quelle est la partie préférée de Kristen Stewart dans le fait d’être Bella ? " J’ai pu embrasser Edward Cullen ! "

    L’actrice déclare qu’elle inviterait Eric si elle était au lycée de Forks : " J’aime les ringards ".

    Par Larry Carroll

    BEVERLY HILLS, Californie

    Presque comme Britney Spears, elle a commencé " Twilight " au début de cette année plus vraiment comme une fillette, pas encore comme une femme.

    Alors qu’elle avait le meilleur pedigree de toutes ses co-stars (" Panic Room ", " Zathura ", " The Messengers ") et qu’elle était déjà vue comme une star montante de Hollywood, Stewart était encore assez jeune pour avoir besoin d’un emploi du allégé et d’un professeur sur le plateau. Après avoir célébré son 18ème anniversaire avec les Cullen à ses côtés, de telles restrictions s’envolèrent et désormais Kristen est prête pour sa remise des diplômes du 21 Novembre au statut de toute naissante femme de tête.

    Pour boucler la boucle, Kristen a passé le week-end à attendre l’enregistrement des MTV Spoiler TV Show et à prendre place pour une dernière interview de Twilight Tuesday. Dans celle-ci, elle a révélé ses pensées sur le parfait thème de Bella, sur le fait de tomber sur les fesses et le pourquoi elle aime les ringards.

    MTV

    Kristen Stewart

    MTV

    KS

    MTV

    KS

    MTV

    KS

    MTV

     

    KS

    MTV

     

    KS

    MTV

    KS

     

    MTV

    KS

    MTV

    KS

    MTV

    KS

    MTV

    KS

    MTV

    KS

    MTV

    KS

    MTV

    KS

    MTV

    KS

    MTV

    KS

    MTV

    KS

    MTV

    KS

     

     : Exactement.
     : Vous sacrifiez pour votre art.
     : Plusieurs fois. Mais j’adore faire les [cascades]. Plusieurs fois dans [la scène de combat] du studio de danse, je devais tomber une ou deux fois, ou me cogner la tête sur les piliers, et je voulais revenir en arrière et voir [l’enregistrement]. Je disais " Ca craint ! Merde ! ". Et après, je me jetais littéralement contre le pilier et je disais " OK, on ne peux pas la refaire. Mais c’est dans la boîte ! ". J’aime ça.
     : Combien de fois avez-vous du le faire ?
     : Non ! J’avais un petit rembourrage à l’arrière de mon jean [et c’est tout]. Mais ils ont fait une chose bizarre. Il y avait quelque chose qui ressemblait à de la glace. Ils l’ont étalé partout sur le béton, et c’est très glissant. Mais ça n’a pas été dur de tomber sur les fesses. [Rires] Je l’avais déjà fait auparavant.
     : De manière évidente, Bella Swan est un personnage maladroit. Mais il y a une scène dans le film où vous tombez sur vos fesses, et je n’ai vu aucune tricherie pour amortir ou quoi que ce soit. Comment avez-vous fait ?
     : Oui, des oreilles mordus et des plumes qui volent ? Elle vieillit vous savez. J’aime que ça devienne mature, et que ce n’est pas monotone. Ça mène vraiment quelque part.
     : Et bien, vous avez sûrement du entendre les trucs fous qui arrivent à Bella dans le quatrième livre ?
     : J’en ai beaucoup entendu parler, mais je n’ai pas bougé du premier livre. J’avais besoin de cette grande période pour respirer. Vous vivez quelque chose pendant 3 mois, et si j’avais pris le second, j’aurais du commencer ce film sur le champ. Je ne pourrais pas attendre aussi longtemps.
     : Avez-vous déjà lu " Breaking Dawn " ?
     : Ca a été un film vraiment costaud pour moi. J’ai du être très exposée, vraiment grande ouverte. Pour être capable de porter ce film, vous devez vous mettre à nu. Il y a des idées fondamentales exprimées ici. [Twilight] serait tellement cliché et banal s’il s’agissait d’émotions préfabriquées – ce serait du genre " Oh, je t’aime !", "Oh, je mourrais pour toi ! ". [De telles répliques] sont un peu idiotes, mais quand elles sont dites d’une certaine façon [elles peuvent marcher].  
     : Vous avez travaillé dans certains drames acclamés par les critiques comme " Into the Wild ", " Undertow " et " In the land of women ", mais ce ne sont pas des blockbusters destinés aux adolescents. Les gens sont-ils dans le vrai quand ils pensent que " Twilight " serait un travail plus facile ?
     : Quand ils essayent et ont leur première conversation l’un avec l’autre. Ce n’est peut-être pas très romantique pour eux sur le moment, mais je pense que s’ils repensent un jour à la première fois où ils ont parlé, ce serait du genre " Whoa ! Wow ! ". Comme, regarde ce qu’il s’est passé depuis – c’est très parlant. Ce [moment] informe réellement beaucoup, quand ils s’assoient et essayent de parler l’un et l’autre dans la salle de bio. C’est comme impossible. Une chose que je trouve intéressante dans l’histoire est que ce n’est pas un amour facile. C’est romantique qu’ils essayent avec autant de volonté, qu’ils n’aient pas le choix, mais qu’ils doivent réellement forcer les choses quand c’est vraiment difficile, comme s’ils suaient et mourraient totalement, je n’en reviens pas. Ça c’est assez romantique.
     : Il y a beaucoup de moments tendres dans le film, et je pense que vous pouvez demander à beaucoup de monde quelle scène ils trouvent la plus romantique. Quelle est la vôtre ?
     : [Rires] Non, non.
     : Bella n’entrerait pas dans la cafétéria avec sa stéréo sur l’épaule, jouant son thème musical ?
     : " Who’s That Lady ? " [by the Isley Brothers]. Non, je n’en ai aucune idée. Vous vous moquez de moi ? C’est quelque chose de très " auto-dénigrant ". Je ne pense pas qu’elle marcherait avec une musique d’accompagnement. Elle n’est pas ce type de fille.
     : Si vous pouviez donner à Bella son propre thème musical, quelle chanson choisiriez-vous ?
     : Je sais ! J’adore Eric. Il est malin, vous savez. J’aime les ringards. Je ne sortirais qu’avec des ringards.
     : Je me sens mal pour Eric.
     : Probablement Eric. Mais ça ne finirait sûrement pas bien. Je ne sais pas pourquoi.
     : Si vous vous réveilliez demain et vous retrouviez étudiante au lycée de Forks, avec qui voudriez-vous sortir ?
     : Ouais, je pense que j’ai été casté en premier. J’ai le script avant de lire le livre, et j’ai accepté le rôle avant de lire le livre. J’ai lu le script, passé l’audition, eu le rôle puis lu le livre, et le script en est vraiment une version condensée extrêmement intelligente. Je veux dire, on parle de 500 pages ! Mais nous avons capturé l’essence [du livre de Stephenie Meyer], et il n’y a rien dans le livre dont je me sens triste de ne pas pouvoir porté à l’écran.
     : C’est étrange de penser que, si Catherine Hardwicke n’avait pas fait appel à vous pour " Twilight ", vous n’auriez peut-être jamais lu le livre.
     : Ouais, totalement. Si j’avais été complètement inconsciente du projet, je ne sais pas si j’aurais lu les livres. Je lis mais je suis tellement ennuyeuse. Je lis, quoi, de la littérature classique, et je suis allée dans les librairies… J’aurais été obligée de voir le film, et qui sait comment le film aurait tourné [avec quelqu’un d’autre] ? Mais je me suis fortement attaché à quelque chose qui est dans l’histoire qui a suffit pour que je le fasse. Je peux faire un film uniquement si je me sens à fond dedans. Mais j’ai vécu avec d’autres films, où j’étais comme " Whoa, j’aurais du faire ça ! " et je pense que j’aurais eu le même sentiment.
     : Si " Twilight " était sorti avec une actrice différente pour jouer Bella, auriez-vous été jalouse ?
     : Le truc c’est qu’il n’est pas facile d’être Bella. C’est vraiment drôle d’examiner les personnages depuis une perspective extérieure, mais pour jouer les rôles, ils sont très travaillés. Elle a trouvé quelque chose qu’elle sent ne pas pouvoir vivre sans, et ça c’est très effrayant. [Quant aux raisons], et bien, j’ai pu embrasser Edward Cullen, et… ah, je ne sais pas.
     : Quelles sont les cinq principales raisons qui font qu’il est bon d’être Bella.
     : Ouais. Je veux dire, je peux l’utiliser pour moi-même.
     : Ca doit être super d’avoir un peu de pouvoir et de savoir que désormais vous pouvez l’utiliser pour de bon.
     : Au niveau personnel, elle n’a pas changé. Je me sens légère [professionnellement], parce que j’ai toujours été dans des cas où j’adorais les films et qu’ils n’avaient pas de budget, et je suis attachée à eux pour toujours – et je deviens trop vieille ou intéressée par eux. Je n’ai pas pu jouer certains rôles que j’aurais adoré faire. Mais maintenant je fais partie de projets qui décollent, je pourrais les faire.
     : Donc, comment votre vie a-t-elle évolué professionnellement et personellement au cours des onzes derniers mois ?
     : Exact !
     : Et bien tu es celle qui m’a fait découvrir [Twilight] à Sundance quand nous parlions de " The Yellow Handkerchief " (littéralement " Le mouchoir jaune ").
     : Nous en avons beaucoup parler. C’est tellement drôle. C’est tellement drôle de faire une interview avec vous, parce que c’est vous qui les avez initiées.
     : Kristen, après tout ce temps, " Twilight " est finalement sur le point de sortir ! On dirait que nous en avons tous parler pendant, quoi ? Un an.
    – Avec une poignée de Twilight Tuesday qui reste, il est temps de payer son tribu à la femme qui a tout commencé : Kristen Stewart.



     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :