• Pourquoi la réalisatrice de Twilight a-t-elle été virée ?

    Pourquoi la réalisatrice de Twilight a-t-elle été virée…

     Traduction par Laeti

    14h27, 8 Décembre 2008

     

    http://latimesblogs.latimes.com/.shared/image.html?/photos/uncategorized/2008/12/08/hardwicke_3.jpghttp://latimesblogs.latimes.com/.shared/image.html?/photos/uncategorized/2008/12/08/hardwicke2.jpghttp://latimesblogs.latimes.com/.shared/image.html?/photos/uncategorized/2008/12/08/hardwicke2.jpg

    Il n’y a aucun moyen de poser de jolis contours sur cette image. Après que Catherine Hardwicke ait sorti une franchise immensément lucrative en commençant avec " Twilight ", un film qui fera entrer Summit dans les annales, balayant ainsi les échecs et les faux pas de la compagnie, elle a été remerciée en étant mise de côté, Summit ayant été clair tout le week-end : ils commenceront à travailler sur la suite de " Twilight " sans elle. Il y a une histoire très compliquée derrière ces événements, mais ce qui est arrivé ici est un autre exemple de la dispute ancestrale entre art et commerce.

    Réalisatrice de films indépendants comme " Thirteen " et " Les seigneurs de Dogtown ", Hardwicke est une réalisatrice douée qui a donné à " Twilight " une intensité émotionnelle qui a aidé le film à capturer l’intoxication haletante du roman de Stephenie Meyer, faisant du film un film à voir pour tous les jeunes. (Il a maintenant accumulé 140 millions de $ 18 jours après sa sortie). Mais Hardwicke est aussi une réalisatrice connue pour être difficile et exigeante qui porte ses émotions à bout de bras. Cette intensité émotionnelle coupe ces deux voies – elle a apporté quelque chose de spécial au film, mais a fait de la vie de tous ceux travaillant sur le film de vraies montagnes russes, depuis l’équipe aux producteurs.

    Mais en un rien de temps, " Twilight " est passé d’un projet bizarre culte, destiné à une sous-population d’adolescent, à une massive et tendance franchise. Le film indépendant est subitement devenu un produit de production de masse. Un jour après que le film soit sorti, Summit a annoncé qu’ils voulaient la suite à la fin 2009. Comme Anne Thompson le rapporte dans le Variety d’aujourd’hui, Mélissa Rosenberg, qui a scénarisé " Twilight ", a donné son premier brouillon de la suite le week-end de la sortie de " Twilight ". Le chef exécutif de Summit, Rob Friedman, qui mérite beaucoup de crédit pour avoir soutenu un projet qui avait été mis à l’amande par Paramount, le studio où il a été chef exécutif pendant des années, semble avoir pris un risque classique de studio contre une décision de reconnaissance : l’artiste sensible qui a été la parfaite réalisatrice pour lancer une franchise était la mauvaise personne pour porter le show après que le projet soit devenu un blockbuster.

    Les supporters de Hardwicke disent qu’elle a longtemps été contre l’idée d’être impliquée dans le genre de franchise où l’aperçu de la sortie prenait le pas sur l’accomplissement du script, disant qu’elle ne voulait pas être impliquée dans une suite, croyant que ce serait plus un assemblage de produits qu’un challenge artistique. Mais après que " Twilight " soit devenu un phénomène au box-office, ses représentants à CAA ont gentiment essayé de la persuader de rester à bord, tout particulièrement si Summit pouvait garantir son contrôler créatif pour la suite. Comme chaque réalisateur, Hardwicke a ressenti beaucoup d’amour quand " Twilight " a balayé le monde de la pop-culture, sans mentionner une fierté d’auteur dans son succès. Mais quand elle a enregistré un manque d’enthousiasme dans le nouveau script, il est rapidement devenu évident que Summit devrait trouver un réalisateur plus pragmatique pour prendre la barre pour le film suivant.

    Qu’est-ce que cela nous dit sur Hollywood ? Et y avait-il un conflict homme-femme derrière le départ de Hardwicke ? Continuez à lire :

    Rob Friedman précise que la suite de " Twilight ", " New Moon " n’a pas été propulsée en production. " Nous aimons le brouillon qu’elle a fait, " dit-il. " Mélissa a travaillé très dur sur ce matériel et a été une partie intégrante de ce qui a fait le succès du premier film. Ce n’est pas une course contre la montre. Le film ne sortira que quand il sera fini. J’aimerai que ce soit l’année prochaine, mais nous n’allons pas faire un mauvais film pour atteindre la date de sortie. "

    D’un autre côté, Summit ne peut pas traîner. A la différence de " Harry Potter ", dont les personnages vieillissent dans chaque livre, les personnages de la série " Twilight " restent jeunes pour toujours, donc si le studio compte sur ses jeunes et fraîches stars, Kristen Stewart et Rob Pattinson, pour porter la série entière, il doit mettre les gaz. Summit a des options sur ces acteurs principaux, mais puisqu’ils sont demandés pour d’autres films, si Summit ne presse pas les choses, ils pourraient les perdre pour des mois attendant la fin d’une autre production.

    Le départ abrupt de Hardwicke a aussi alimenté les rumeurs comme quoi elle aurait eu un clash avec toute la hiérarchie masculine de Summit. C’est une charge souvent nivelée dans les rangs exclusivement masculin des exécutifs de Hollywood. Friedman précise qu’il n’y a pas de problème de genre. " C’est une insulte autant personnelle que pour notre compagnie. Je suis père de quatre filles. Quand j’étais à la Paramount, nous avons fais ‘K-19 : The Widowmaker’ de Kathryn Bigelow. Je suis celui qui s’est occupé de ‘Deep Impact’ de Mimi Leder [souvent cité comme un des plus grands film à succès réalisé par une femme]. Ici à Summit, un des premiers films que nous avons acheté était ‘The Hurt Locker’ qui est aussi réalisé par Kathryn Bigelow. Nous ferions certainement un autre film avec Catherine Hardwicke, mais pas la suite de ‘Twilight’. "

    Cependant, ayant le choix, la plupart des studios préfère garder le réalisateur qui a lancé la franchise, tel que c’est le cas avec Sam Raimi avec " Spider-Man ", Steven Soderbergh avec " Ocean’s Eleven ", Brett Ratner avec " Rush Hour " ou Jay Roach sur " Austin Powers ". Pour " The Dark Night ", Warner Bros a dit clairement que la franchise ne continuera qu’avec Christopher Nolan, qui a ramené la franchise de Batman à la vie, qui est prête à partir. La prise en charge du départ de Hardwicke par Summit rappelle plus ce que Universal a fait avec la série des " Bourne ", qui était aussi dans les mains d’un pétillant réalisateur de films indépendants. Doug Liman a lancé la franchise avec son éblouissant ‘The Bourne Identity’ mais il a été mis hors course à cause de l’emploi du temps et a rendu fou le studio avec son perfectionnisme. Même si le film a été un grand succès et semble porter sa touche personnelle, les studios l’ont mis dehors, prenant Paul Greengrass, un réalisateur ayant des antécédents assez indépendants qui pouvait plus facilement composer avec les limites et les demandes du studio. Le challenge de Summit sera de trouver un réalisateur pour porter la série " Twilight " qui a une crédibilité artistique mais qui peut aussi faire avec le défi d’un emploi du temps de tournage prêt à partir (le but de Summit est de filmer les second et troisième livres de la saga au cours des prochaines années). La partie la plus observée de la décision sera le choix du sexe du réalisateur. Si Summit prend un homme, cela laissera la porte ouverte aux critiques de la communauté féminine, qui est déjà furieuse du peu de postes qui incombent aux femmes dans ce domaine. Mais le pool de gène de réalisation féminin est petit. Les réalisatrices qui ont le plus de succès sont des réalisatrices de films indépendants, pas des pros des studios, ce qui pousserait Summit dans la même situation maladroite en embauchant un réalisateur qui ne peut pas – ou pourrait pas – embrasser le modèle de réalisation au livre près de la plupart des franchises.

    Peut-être suis-je aveuglé par ma passion pour le style de Hardwicke, mais je parie qu’elle n’aura aucun trouble à trouver de nouveaux projets. S’il n’y a que ça, le succès de " Twilight " prouve qu’un réalisateur indépendant décidé peut faire d’un film un succès commercial.

    Ce n’est pas qu’une bonne nouvelle pour Hardwicke, qui a désormais quelques entrées au box office à ajouter à son intérieur déco (même si elle est probablement inondé de scripts de méchants vampires à l’heure où nous parlons). Mais cela peut ouvrir quelques portes à d’autres réalisateurs indépendants, impatients de prouver qu’ils peuvent faire de bons films qui font aussi de l’argent.


  • Commentaires

    1
    neve27
    Jeudi 25 Décembre 2008 à 16:07
    j'trouve ?vraiment triste de la part de Summit de la vir? apr?tout elle est pour beaucoup dans le succ?du film
    certe les acteur, l'?ipe de tournage et la participation de Stephenie y sont pour beaucoup
    mais ils se devraient de ne pas oublier que tout ceci n'aurait pas ? sans elle
    esp?ns que Chris Weitz fera au moins aussi bien qu'elle
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :